Presse & Blog

A la Une
RSS Feed

Partenariat innovant entre L’UNESSD et Vit-On-Job L’objectif est de mieux répondre aux attentes du marché de la sécurité en pleine expansion depuis 2016 et de mieux positionner la profession dans le concert des forces concourant à la sécurité intérieure.

January 23, 2018

 

En marge des négociations actuelles sur l’assurance chômage et de la mise en œuvre de la Loi Travail, le partenariat entre l’UNESSD et Vit-On-Job apporte la preuve qu’il est possible d’accompagner de manière vertueuse et agile la transformation actuelle du marché de l’emploi en France. Dans ce marché au développement rapide, nécessairement sécurisé, regroupant plus de 170 000 salariés, dans près de 4 000 entreprises et avec de plus en plus de donneurs d’ordres faisant appel à la sécurité privée, il est impératif dans l’intérêt général de valoriser davantage le développement des compétences en cours. Les solutions qui seront mises en œuvre dans le cadre de ce partenariat conduiront à une triple valorisation : une valorisation professionnelle des agents de la sécurité privée, une valorisation de leur mission et par conséquent une valorisation des entreprises qui les emploient. Ce partenariat qui associe le digital à une nouvelle vision de l’emploi, repensée à une maille métier et/ou territoriale a pour objectif de lancer une dynamique volontariste des acteurs de la profession qui veulent se mobiliser dans l’intérêt de toute une filière, au bénéfice de tous, agents, entreprises, donneurs d’ordres.

 

Tremblay en France, le 16 janvier 2018, « Aujourd’hui, les gens savent le coût de tout et ne connaissent la valeur de rien ! » Oscar Wilde n’aurait sans doute pas mieux décrit la situation actuelle de notre marché du travail. Et cela semble bien être aussi le cas dans la filière des salariés de la sécurité privée. Comment peut- on ainsi accepter que le prix du recours à un agent de sécurité puisse descendre aujourd’hui jusqu’à 17 Euro de l’heure ? C’est pourtant la situation dans laquelle se trouve une profession qui se structure à « coût » d’appel d’offres et où finalement, la seule variable d’ajustement reste le social : bas salaire, faible niveau de qualification et réduction des niveaux d’encadrement. C’est pour contrer cette paupérisation rampante qui conduit à une catastrophe certaine dans une période où la société française a des attentes de plus en plus fortes en matière de sécurité que l’UNESSD s’est mobilisée. « Nous avons décidé de créer des labels qualité qui seront la garantie d’un niveau de professionnalisme des acteurs chargés de la sécurité privée » explique Thierry Szczepaniak, le président de l’Union qui fédère nombre de professionnels du secteur (agents, consultants, centres de formation, prestataires). « C’est cette valorisation des compétences, créatrice de valeurs pour les entreprises, accompagnée de solutions pour réduire les coûts de process RH par la digitalisation qui permettront aux trop nombreuses entreprises du secteur de ne pas sacrifier cette dimension RH fondamentale. » poursuit-il.

 

Cette action ne pouvait venir que d’une initiative collective puisque dans le contexte actuel, un chef d’entreprise qui souhaiterait apporter plus de valeur à sa proposition serait à coup sûr exclu des appels d’offres car de facto plus cher. Au travers de cet engagement, le président de l’UNESSD souhaite contribuer de manière décisive à un changement de paradigme dans son secteur d’activité avec une labellisation s’appuyant sur trois piliers : transparence, lisibilité et standardisation y compris compatible au niveau international. Une nouvelle vision stratégique pour la profession, dépassant les clivages, orientée vers l’emploi et un niveau de professionnalisme opposable à tous : agents, entreprises et donneurs d’ordres. C’est bien cette synergie nouvelle qui sera garante toute à la fois de la performance, de la traçabilité et de la rentabilité d’un modèle socialement responsable, tout entier tourné vers le besoin des clients de la sécurité sous toutes ses formes dans le parfait prolongement de l’action de l’Etat. 

 

« Nous avons construit Vit-On-Job pour accompagner de manière vertueuse la transition digitale du marché du travail », explique Yannick Vinay, le CEO de la startup. La solution proposée en marque grise a ainsi été choisie pour digitaliser le prochain du salon du travail et de la mobilité professionnelle qui aura lieu les 19 et 20/01 à Paris. « Nous souhaitons nous associer à des partenaires responsables qui ont pour objectif de construire des solutions à forte valeur ajoutée pour l’ensemble des acteurs d’un écosystème. » Il existe de nombreux critères permettant de garantir le niveau de qualité d’un produit ou d’un service : les étoiles pour un hôtel, les labels pour des produits, ... De même que les notions de traçabilité, ils sont communément acceptés et compris car ils font l’objet de garantie apportée par des acteurs dignes de confiance.

En France, en dehors du diplôme qui ne valorise finalement qu’un potentiel demandant à être confirmé et des habilitations ou des aptitudes à un métier garantissant un minima attendu, il existe peu de critères qui attestent de la qualité et du professionnalisme d’un salarié. Jusqu’à présent, par défaut de vision globale, cette réflexion a plutôt été conduite par les services RH au sein de leur entreprise dans des logiques de gestion de carrières internes. Mais l’évolution du marché du travail et des nouvelles formes d’emplois nous amènent à conduire la réflexion à une maille territoriale et/ou de filière professionnelle. Par ailleurs, les recruteurs ont désormais besoins de références communément acceptées et partagées. « Nous souhaitons nous associer à des partenaires capables de construire un label, garantissant le niveau de professionnalisme de ceux que nous mettons en relation avec nos entreprises clientes et qui vont les recruter, parfois en urgence, avec un haut niveau d’exigence », explique Yannick Vinay. De son côté, Thierry Szczepaniak précise que « la sécurité privée est une activité réglementée avec le CNAPS sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur, comme organe de réglementation et contrôle. Mais les conditions de délivrance par le CNAPS des cartes professionnelles ne sont que des minimas exigés par l’Etat, une autorisation d’exercer et n’est en rien une garantie d’employabilité. Il est donc important d’apporter une communauté professionnelle de confiance fiabilisée, valorisée et sécurisée. » 

 

La digitalisation associée à une valorisation par des labels est le seul rempart à une ubérisation de la sécurité privée, synonyme de low-cost et de piètre qualité. Ces nouveaux outils vont permettre d’accompagner ce changement de paradigme et ainsi passer d’une obligation de moyens à une obligation de compétences certifiées et évaluables.

 

 

Le président de l’UNESSD précise avoir étudié l’ensemble des acteurs présents sur le marché des solutions de digitalisation RH. « Beaucoup sont là avec une vision uniquement technologique ou pour acquérir un nombre suffisant d’utilisateurs avant de revendre leur startup, voire ne sont que de simples plateformes d’annonces avec une mise en relation chercheurs d’emplois/entreprise sans valeur ajoutée. Vit-On-Job était le seul acteur à associer avec autant de maitrise l’innovation sociale et la technologie dans une dimension RSE. » conclut-il.

 

C’est donc tout naturellement que les deux acteurs se sont rencontrés pour s’engager dans un partenariat

dont le déploiement débutera en mars 2018. Considérer les investissements en sécurité privée non plus en

coûts mais en arguments pour les donneurs d’ordres. Tel est l’enjeu ! 

Please reload

March 24, 2018

Please reload

Chercher par Tags
Please reload

Archives
Please reload

© 2018 C-secur.org